Les édifices religieux Dinannais

 

Basilique Saint-Sauveur :

L’église Saint-Sauveur de Dinan est mentionnée pour la première fois en 1123 dans un acte de partage de la ville. Après la mort de Geoffroy 1er, seigneur de Dinan, la partie sud de la ville revient à son fils cadet Alain Ier qui acquiert la paroisse Saint-Sauveur, les domaines de Léhon, Bécherel et Plouasne.

Edifiée à la fin du 12ème siècle, il est possible d’identifier Rolland de Dinan, fils d’Alain Ier comme commanditaire de la reconstruction de l’église Saint-Sauveur. De cette époque, l’édifice conserve le porche occidental et le mur sud, témoins des échanges avec le Poitou et la Saintonge.

La fin du 15ème siècle marque l’agrandissement de l’édifice avec l’ajout du bas-côté nord et la construction des chapelles rayonnantes. Le chantier se poursuit au 16ème siècle avec la reconstruction du chœur qui n’est véritablement achevée qu’au 17ème siècle.

Au 19ème siècle, une importante campagne de restauration de l’édifice et de son mobilier liturgique est entreprise par Victor Ruprich Robert.

 

 

 

 

Eglise Saint-Malo :

Construite à la fin du 15ème siècle, le chantier de l’église Saint-Malo est financé par le vicomte Johan II de Rohan, gouverneur de Dinan et puis la reine Anne de Bretagne à partir de l’année 1508.

Si les travaux sont rapides et voient notamment l’édification du chœur de l’église dans les années 1490-1500, la seconde moitié du 16ème siècle amorce le déclin du chantier.

L’église Saint-Malo doit attendre les grands chantiers de construction du 19ème siècle pour voir sa nef achevée.

 

 

 

 

 

 

Eglise Saint-Magloire de Léhon :

Construite entre la fin du 12ème siècle et le début du 13ème siècle, l’église prieurale Saint-Magloire, de style gothique primitif, s’inspire des grands modèles ligériens comme la cathédrale d’Angers.

Avant de devenir église paroissiale en 1881, l’édifice, fait partie du prieuré Saint Magloire de Léhon comprenant des bâtiments conventuels, des dortoirs, un réfectoire et un cloitre.

Abandonnée à la suite du départ des moines mauristes en 1767, l’église est totalement ruinée au début du 19ème siècle.

Sous l’impulsion de l’abbé Fouéré Macé et de la municipalité l’église est entièrement restaurée dans les années 1890 et l’église paroissiale primitive, placée sous le vocable de Notre Dame est détruite en 1898.

 

 

 

 

 

Chapelle Sainte-Catherine :

Au 17ème siècle, Dinan connait un renouveau spirituel important caractérisé par la Contre-Réforme catholique et voit l’installation de quatre nouveaux couvents.

Les religieuses dominicaines arrivent à Dinan en 1631. D’abord installées dans l’hôtel de la Garaye (actuel Hôtel Beaumanoir rue Haute-Voie), elles obtiennent la permission en 1664 de s’implanter, à l’est de la ville, sur des terres appartenant aux moines dominicains.

Le couvent et son église développent une architecture austère suivant la règle monastique. L’art de la Contre-Réforme se traduit également au travers des décors peints des chœurs des Dominicaines et des Bénédictines (actuel collège Roger Vercel).

Du 12 juin au 03 octobre : tous les jours de 10h à 18h30.

 

 

 

 

 

Chapelle Saint-Joachim :

Apparue dans la seconde moitié du 11ème siècle, la première église Saint-Malo est édifiée au nord-ouest de la ville.

Construite à l’extérieur de l’enceinte urbaine, cette dernière présente un risque majeur à la fin du 15ème siècle face aux menaces françaises. Les capitaines de la ville décident alors de son démantèlement.

Grâce à la générosité des dinannais, la chapelle Saint-Joachim est construite sur les fondations de l’ancien sanctuaire à la fin du 19ème siècle.

- D’avril à septembre : le jeudi de 11h à 18h et le samedi de 10h à 18h.
- D’octobre à mars : le jeudi de 11h à 16h30 et le samedi de 11h à 16h30.